drapeau fr drapeau en

Focus Industrie : Daniel Doillon, Dirigeant de la Société Bernard Dumas

Lancement d’un ligne de production au sein de l’entreprise Bernard Dumas.

Daniel Doillon, Dirigeant de la Société Bernard Dumas à Creysse (24)
Daniel Doillon, Dirigeant de la Société Bernard Dumas à Creysse (24)

Cette étape majeure de l’histoire de Bernard Dumas a débuté en 2008 pour se concrétiser en 2011.
En 2008, nous faisions partie du groupe ARJOWIGGINS, leader mondial de la fabrication de papiers techniques dans lequel nous ne représentions qu’une activité annexe qui fonctionnait bien.

D’un marché de niche à un marché lourd


La fabrication des séparateurs de batteries AGM destinées notamment aux véhicules Stop & Start était un marché de niche qui représentait déjà une part importante et en forte croissance de notre activité (25% complétée par la téléphonie fixe 60 % et les filtres à air 15%).
La tendance du marché automobile à démocratiser les véhicules Stop & Start allait nous imposer rapidement de changer de dimension :
nous devions être prêts à répondre aux besoins des fabricants de batteries automobiles pour ne pas laisser rentrer de concurrents !

Le groupe ARJOWIGGINS ne souhaitant pas soutenir notre développement, nous avons cherché un repreneur et, à l’époque, j’ai tout de suite pensé à un industriel … car j’avais aussi en tête de prendre ma retraite à un horizon de 4 ans.

 La signature entre un fonds et un dirigeant est avant tout « une affaire d’hommes »

La première rencontre avec Olivier Athanase, Directeur associé d’iXO Private Equity a été décisive. Nous avons fait affaire par ce que le contact humain est tout de suite passé. J’ai apprécié fortement qu’il soit à l’écoute de nos besoins et respecte notre savoir-faire et notre organisation. Il a été transparent sur le niveau d’investissements qu’iXO PE était capable de nous apporter et le fonctionnement de leur intervention. L’annonce de mon départ planifié fin 2012 n’a pas été un obstacle, leurs équipes allaient assurer la recherche et le passage de relais avec mon remplaçant.
Après leur visité de l’usine, les retours des salariés ont conforté mon choix : nous avons pensé qu’ils nous apporteraient plus que de l’argent !

Et par la suite, leur ligne de conduite a été totalement en phase avec ce qui avait été dit et signé, et ce malgré les secousses du marché sur les 6 premiers mois de 2009.

 Ils nous ont soutenus à 100 % alors que cela aurait été facile de mettre la pression.

Nous avons vécu une démarrage de 2009 plutôt catastrophique avec des commandes à – 60% à cause de la crise. Loin des prévisionnels, nos ratios restaient cependant positifs. Nous avons tout de suite réagi par un plan d’actions en 3 volets :

  1. baisser nos charges en réduisant notre consommation d’énergie, en supprimant les intérimaires mais sans mettre en place de chômage partiel pour garder toute notre flexibilité,
  2. investir dans la R&D pour être à la pointe de nos technologies au moment de la reprise,
  3. renforcer notre force commerciale pour être présents sur le terrain et capter un maximum de commandes.

Dès que le marché est reparti, nous étions en position favorable pour répondre aux commandes. Pendant ces 6 mois difficiles, iXO Private Equity nous a fait totalement confiance et a encouragé notre plan offensif. Je peux dire que cette étape a conforté le socle de confiance.

 Un investissement de plus de 6M€ pour conforter nos positions

Après 6 mois d’activité normale, comme nous l’avions prévu, la tendance du marché des véhicules Stop & Start s’est confirmée. Nous devions investir dans une seconde ligne de production pour être capable de répondre aux besoins croissants des batteries AGM si nous voulions assurer la pérennité de l’entreprise.

Un an a suffit pour monter le projet sur le plan technique et industriel. Dès que nous avons été prêts, iXO Private Equity nous a donné le feu vert pour financer la ligne de production et aidé à monter les dossiers de financement auprès des banques, notamment pour la partie immobilière (construction du bâtiment).

Avec la mise en place de cette seconde ligne de production, nous avons embauché et formé 33 salariés (équivalents temps plein) et notre capacité de production a quasiment doublé.
Tout le personnel est conscient que sans iXO nous n’aurions pas fait cette seconde ligne de production et que nous n’en serions pas là où nous sommes !


Cette ligne nous a aussi permis d’élargir notre gamme : plus performante sur le plan technique, elle rend possible la fabrication de nos standards et nouveaux modèles plus haut de gamme tout particulièrement dédiés au marché très porteur des véhicules économiques Stop & Start.

 iXO Private Equity a trouvé pour me remplacer le dirigeant qui comble mes attentes : il connaît bien ce secteur industriel, a le profil technique et managérial que j’attendais. Là aussi tout est une affaire d’hommes !
Je prendrai ma retraite en décembre 2012 avec la tranquillité d’esprit de voir l’entreprise entre de très bonnes mains et en position de leader européen sur un marché extrêmement prometteur !

Lire aussi l’article de Olivier Athanase, Directeur associé d’iXO Private Equity

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer